Design etc…
28Août/11

La véritable histoire du Monopoly

monopoly illustrationUn succès qui donne le vertige

Chaque jour, 12 000 boîtes sont fabriquées dans les usines irlandaises d'Hasbro. La société imprime plus de billets que la banque Fédérale des Etats-Unis ! On estime que plus de 500 millions de personnes ont déjà jouées à une des 200 éditions du jeu sorties dans 103 pays et traduites dans 37 langues !

Le succès du célèbre jeu de transaction financière n'a pas diminué depuis plus de 75 ans. Le jeu s'est mis aux goûts du jour en adoptant la monnaie électronique, en multipliant les éditions régionales et en s'adaptant sur de multiples licences comme Cars par exemple.

Publicité américaine de 2011 pour différentes versions du Monopoly : Monopoly révolution, plateau circulaire avec une banque éléctronique, Monopoly sur iPhone, Monopoly Street.

Je ne reviendrais pas sur les règles, connues de tous, mais sur le fond du jeu qui consiste tout simplement... à ruiner ses adversaires. En effet il s'agit d'acquérir le plus grand nombre de propriétés de la ville et d'en faire payer le loyer à chaque joueur de passage sur la case. Lorsqu’un joueur parvient à posséder un groupe immobilier complet, il peut y construire maisons et hôtels et ainsi augmenter ses profits, puis réinvestir dans de nouveaux groupes, jusqu'à avoir le monopole sur la ville en éliminant ses adversaires un à un.

L'archétype du jeu capitaliste...

L'histoire (officielle) du jeu est un symbole de réussite capitaliste, en effet Charles Darrow, un américain au chômage, ruiné par la crise de 1929, a fait fortune grâce à ce jeu en revendant son brevet aux Parkers Brothers en 1935. Le jeu permet de devenir un magna de l'immobilier suivant sa stratégie... et le hasard des dés. Chaque joueur peut connaître la gloire et devenir le maître de la ville, ou au moins de son salon le temps d'une partie... Le Monopoly fut même interdit en URSS jusqu'en 1985 et tout les exemplaires du "sale jeu impérialiste" furent détruits à Cuba.

Obama y fit même allusion lors d'un de ses discours sur l'État de l'Union, pour illustrer le gaspillage de l'argent à Washington.

...repris sur l'idée d'une mormone...

BoardGamePatentMagie

Le jeu de Charles Darrow est une reprise du "jeu des propriétaires" (Landlord's Game) de Elisabeth Maggie qui  reçoit le brevet de son jeu en 1904! Le principe est le même mais le but pédagogique est tout autre... Son auteur voulait démontrer par le jeu les dangers du capitalisme outrancier et particulièrement du principe de la location qui ne fait qu'accroître les inégalités entre riches et pauvres...

De ce point de vue là aussi, les principes que le Monopoly  peut mettre en avant restent toujours d'actualité...

Enfin, quelques publicités géniales imaginées pour Hasbro...

Commentaires (0) Trackbacks (1)

Leave a comment